Cela fait pas mal de temps que je pense à vous écrire, pour vous donner quelques nouvelles... J'aurais du le faire, ne serait-ce que par gratitude pour tout le soutien que vous m'avez témoigné, et qui m'a énormément aidé à traverser les difficultés de ces derniers mois. Et pourtant, chaque jour, je repousse. Pas par dédain, loin de là. Je crois que j'avais juste peur que ça me porte la poisse ! Parce que, depuis quelques temps, je sors enfin la tête de l'eau ! Je commence à aller vraiment mieux, toutes ces douleurs qui faisaient parti de mon quotidien se sont enfin décidées à me lâcher la grappe ! On a trouvé des réponses, on a mis des noms sur ces douleurs, ce qui a permis de mettre enfin en place des traitements adaptés. Il m'arrive maintenant d'avoir 6 ou 7 jours entiers sans aucun mal, si vous saviez comme ça fait du bien ! Paradoxalement, cette "guérison" (enfin, ce mieux être, parce que je sais aujourd'hui que je devrais cycliquement faire des cures de traitement à vie...) s'est accompagnée d'une extrême fatigue. Je crois que je pourrais passer des heures et des heures dans mon lit, sans jamais m'en lasser (bon, bien entendu, il y a une Fripouille qui n'entend pas ça de cette oreille !). Les spécialistes m'avaient prévenue : mon corps allait avoir besoin de récupérer après toutes ces semaines de tensions accumulées. Et bien pour récupérer, il récupère !!

Forcément, si physiquement ça va mieux, le moral s'en ressent aussi. Je me sens moins prisonnière de mon corps, mon esprit n'est plus constamment parasité, je me retrouve enfin maître de moi-même. Je pense que c'est ce que j'ai eu le plus de mal à accepter, ne plus pouvoir faire ce que je voulais quand je le voulais, parce que mon corps disait stop. Mais je suis redevenue la patronne, non mais !

Et puis, il y a aussi les difficultés de mon quotidien qui se tassent. Parce que forcément, tout s'est enchaîné. Dans notre société, on n'a pas le droit d'être malade. On me l'a très violemment fait comprendre. J'ai vraiment mal supporté toutes les pressions que j'ai subies à cause de mon état "physique". Mais, avec le recul, je me rends compte que cela m'a aussi rendue plus forte. On a voulu me détruire, mais cela m'a appris à me battre, et m'a fait grandir. Aujourd'hui, tout cela me passe au dessus, je ris des tentatives qui sont encore faites pour me voir tomber. Et je me trouve même idiote d'avoir craqué et montré ma faiblesse, parce qu'en fait, ils n'en valaient absolument pas la peine.

Je devrais peut-être même remercier ces personnes qui m'ont poussées à bout. Parce que toute cette déferlante m'a permis de faire le point, et de prendre de grandes décisions. Dans l'avenir, ma vie va changer. Je ne sais pas dans combien de temps, je ne sais pas si je dois compter en mois ou en années (enfin... pas trop d'années quand même), mais j'ai deux grands projets à concrétiser. Je ne veux pas en parler ici, car je ne veux pas qu'on me mette de bâton dans les roues. Mais ces deux projets me permettent de tenir bon, et de faire mon petit bonhomme de chemin en me riant des imbéciles qui ont voulu me faire tomber. Je trace ma route en gardant les yeux levés, avec ces objectifs à atteindre qui me guident.

Bref...

Tout ça pour dire que, j'ai de nouveaux des idées plein la tête, mais, comme beaucoup, rarement assez de temps pour les concrétiser ! Mais c'était sans compter sur février, mois pendant lequel j'ai eu la chance d'avoir un très long week-end de 5 jours. J'ai profité de ces petites vacances pour passer de très jolis moments avec ma Fripouille, en visitant, par exemple, un chouette parc zoologique tenu par des personnes en difficultés. Mais aussi pour prendre du temps pour moi en cousant à fond pendant les siestes ! J'ai profité de ces quelques jours de liberté pour me faire plaisir, en me cousant un nouveau petit pull, et un sweat pour mon homme (dont je vous parlerai un peu plus tard).

En fait, lorsque j'avais réalisé mon premier Ellébore, l'hiver dernier, je m'étais promis d'en recoudre une autre version pour cet hiver. J'avais adoré réaliser ce modèle, et je le porte très, très souvent. En faire une nouvelle version n'était donc pas du luxe. Et puis l'hiver a bien avancé, j'avoue ne pas aimer cette saison, mais cet hiver-ci a été particulièrement éprouvant, alors ce genre de petite envie avait été un peu oubliée. Mais une promesse est une promesse, même à soi-même, je suis certaine que vous êtes d'accord là-dessus !!!

J'ai voulu cette nouvelle version en maille, pour en faire un "vrai" petit pull, et j'ai pour cela choisi une jolie maille aubergine avec des dégradés plus foncés. Je n'avais jusque là jamais réalisé de vêtement entièrement en maille, j'appréhendais un petit peu de savoir comment gérer un tel taux d'élasticité, mais ça c'est plutôt bien passé. J'ai utilisé des chutes de jersey noir pour les poignets et le col, et un biais violet pour l'ourlet du bas. Les boutons proviennent comme bien souvent du stock de ma grand-mère, j'ai eu le droit d'y faire une nouvelle petite razzia en février !

Désolée d'avance pour les photos moyennes... Entre le flash qui donne un teint exécrable, et le manque de luminosité avec des photos plus naturelles, on ne peut pas dire qu'on s'en soit très bien tirés !!

IMG_8104

Cette version est moins colorées que la première, mais je trouve que même avec des tissus plus sobres, la coupe lui donne toute son originalité. Et puis, cette maille, en plus d'être très douce et assez chaude, est un vrai régal à porter !

IMG_8109IMG_8111IMG_8113

IMG_8118 

Stéphanie, ton dernier petit bouton coeur a enfin été utilisé ;-)

IMG_8119

Cette fois-ci, je n'ai pas commis d'imper quand à la réalisation des plis, grâce à la fiche rectificative de Viviane.

IMG_8120

IMG_8121

Ce petit haut est l'un de mes nouveaux pulls chouchous, et est déjà très souvent porté !

**********

Cahier technique :

* Sous-Pull Ellébore, du livre "Couture pour femmes", cousu en 38

* Maille "Marina" aubergine Butinette

* Chutes de jersey noir, biais et boutons de mon stock