Le week end du 11 Novembre, ma mère est passé nous voir à l'improviste... Nous avons frôlé l'incident diplomatique, puisqu'elle m'a immédiatement fait remarqué que "Juliette n'a pas de chaussons ?!". Ma mère, c'est une maniaque du chausson, alors voir sa petite fille se promener en chaussettes dans la maison était inconcevable ! J'ai eu beau chercher une excuse, je n'en avais pas : les chaussons cousus au printemps étaient devenus trop petits depuis quelques temps, et comme le froid n'était pas encore bien installé par chez nous, j'avoue avoir un peu procrastiné à sortir mes chutes de cuir pour lui en coudre une nouvelle paire.

Bref, le lendemain, ma mère nous a rendu une nouvelle visite surprise, en dégainant une petite paire de chaussons ! Quand je vous dit qu'elle a un soucis avec les chaussons, je n'éxagère pas, ça avait quand même bien du la travailler pour qu'elle passe nous voir deux jours de suite, chose qui n'était jusque là, je pense, jamais arrivé, ou alors vraiment dans les tous premiers jours qui ont suivis la naissance... Quoi que, même pas en fait, je crois... Manque de bol, les nouveaux chaussons achetés sur le marché étaient eux aussi bien trop petits ! Alors ma mère est repartie avec sa mine déconfite, laissant derrière elle sa pauvre petite fille en chaussettes.

J'ai bien rigolé moi dans ma tête avec cette histoire de chaussons ! Quand même, en faire tout un plat pour si peu... J'ai même un peu jubilé que les chaussons achetés ne lui aillent pas ! Non mais, pourquoi acheter quelque chose que je sais faire ? Oui, je vous entend de là, tu n'avais qu'à les faire plus tôt tes chaussons, si tu voulais les faire toi même... Mais avouez que ça vous est déjà arrivé de traîner sur un projet, parce que, "y a toujours un autre truc à coudre". 

Et puis après avoir rigolé, je me suis quand même dit que je devais mettre fin à cette torture intérieure qui devait se jouer dans la tête de ma mère... Alors l'après-midi suivant la visite de sauvetage avorté des pieds de Juliette, je me suis mise derrière ma machine à coudre. Et en 3 petites heures, une nouvelle paire de chaussons avait vu le jour :

IMG_4788

J'ai trouvé ça rigolo, presque un an après, de refaire une paire dans le même esprit que ceux cousus pour ma nièce l'hiver dernier, et de faire le même style de photos... Juste pour le clin d'oeil, parce que j'ai remarqué que ces petits chaussons à pommes avaient pas mal de succès !

IMG_4790

IMG_4792

IMG_4795

Le soir même, on pouvait donc envoyer à ma mère une petite photo de Juliette avec ses nouveaux chaussons. Et je suis sûre que, grâce à cette photo, la qualité de sommeil de ma mère s'est immédiatement améliorée !

Canalblog - 1

Bon, l'honneur était sauf, la missounette était chaussée pour l'intérieur. Mais vous voyez, j'avais pas mal traîné pour m'y mettre, et une fois lancée dans ces petits chaussons, je n'ai pas su résister... Il faut dire que quand je me lance dans le travail du cuir, je ne sais plus m'arrêter, j'aime tellement ça ! Alors j'ai cousu une deuxième paire, bien plus flaschy, histoire de pouvoir accorder les chaussons aux tenues, et de prolonger un petit peu mon plaisir couturesque :

IMG_4796

IMG_4798

IMG_4799

Les appliqués ont été inspirés par la doublure.

IMG_4800

IMG_4802

Voilà les pieds de ma Juliette joliment protégés du froid et des glissades (non, parce que je me moque, mais il faut quand même bien avouer que les chaussons, c'est indispensable sur une petite fripouille de 17 mois !).

Et puis Mamie, on se moque, mais on t'aime quand même, hein !

**********

Cahier technique :

* Modèles tiré du livre "A Petits Pas" de Sweet Anything, taille 22 (en rajoutant 5 mm de marges de couture)

Paire n°1 :

* Cuirs camel, rose vif, mûre, gris, blanc et citrouille Sweet Anything

* Coton "pommes" fruits des bois / marron Butinette

Paire n°2 :

* Cuirs rose vif, mûre, turquoise, anis, rose pâle, vert sapin Sweet Anything

* Cuir aubergine (arrière d'un des chaussons) et coton Hexo fuschia  Ma Petite Mercerie